Vous êtes ici : Accueil » français » Lettre Ouverte de la Quadrature - ACTA, accord secret, menaces contre nos (...)

Lettre Ouverte de la Quadrature - ACTA, accord secret, menaces contre nos libertés

D 10 décembre 2009     A Benjamin Sonntag    


Ce jeudi 10 décembre, La Quadrature du net a lancé une lettre ouverte intitulée "ACTA : Menace globale pour les libertés "

Co-signée par un ensemble impressionnant d’associations de consommateurs, citoyens et militants de toute l’Europe, cette lettre ouverte demande que soient rendues publiques les négociations sur l’accord ACTA.

Mais qui est cet ACTA ? Explications ...


Un des négociateurs des accords ACTA.
Pour raison de sécurité nationale (si !si !) son visage est floutté

ACTA, c’est le Anti Counterfeiting Trade Agreement, un accord international contre la contrefaçon, sujet vaste s’il en est, puisqu’il est susceptible de concerner autant les faux Vuittons que le partage de fichiers par Internet.

Or, le principal problème avec ACTA est qu’il est soigneusement entouré du secret le plus absolu, et ce depuis plus de 18 mois !


Les négociations de ACTA, au siege social de la société XXXXXXX
Avec, de gauche à droite, XX, XX, XX, XX et le président XX

Tout à fait : nos chefs d’états et les parlementaires européens sont capables de négocier dans le secret des accords internationaux, qui arriveront au vote à peine divulgués ! Si l’on souhaitait baillonner les citoyens et leur interdire de se tenir au courant et de donner leur avis sur de tels accords, on ne pouvait pas faire mieux.

Aux États-Unis, ces accords sont tout bonnement protégés par un secret du niveau "sécurité nationale" ... épatant !

C’est donc dans le but de connaitre précisément le contenu actuel de l’accord ACTA que la Quadrature du Net a lancé cette lettre ouverte.

De plus, les rares fuites sur le sujet sont très inquiétantes : responsabilité accrue des opérateurs, riposte graduée généralisée, menace sur les communications privées, filtrage des contenus sur Internet ...

Espérons que la voix des citoyens s’exprimant à travers les organisations signataires de cette lettre saura faire pencher la balance.